Changer de visage pour revenir au monde

  • Changer de visage pour revenir au monde

    Changer de visage pour revenir au monde


    Avez-vous été touchés vous aussi par l’histoire de Maurice Desjardins ?  Cet homme qui vient en quelque sorte de renaître grâce à la greffe de visage qu’il a subie au début de l’été.  Une histoire aussi effroyable qu’extraordinaire de beauté.  

    Il n’est pas rare que souffrance et beauté se côtoient lors d’événements dramatiques.  L’histoire de Maurice le démontre une fois de plus.

    La souffrance
    On peut imaginer la souffrance de Maurice.  Souffrance physique et souffrance psychologique.  On peut également imaginer la souffrance de ses proches.  Sans compter la souffrance de la famille du donneur, qui a perdu un être cher.

    La beauté
    Et de l’autre côté, la beauté.  L’étroite collaboration d’une équipe médicale talentueuse et investie pendant des années au succès de la délicate intervention.  La générosité sans borne de la famille du donneur.  Et bien entendu, l’incroyable force de caractère de Maurice.

    Quand plus aucun miroir ne nous renvoie notre reflet, il faut trouver la force de sentir la continuité de soi.

    Maurice a su trouver cette force en lui, dans l’espoir que la vie lui accorde une seconde chance, pour retrouver une vie normale.

    De toutes nos parties physiques, y a-t-il quelque chose de plus précieux que l’on puisse perdre que son visage ?

    Notre visage :  La matrice la plus forte de notre sentiment d’identité.

    De tout ce que j’ai pu lire ou entendre de cette histoire, une chose a particulièrement retenu mon attention, soit l’impact psychologique que crée la réception d’un nouveau visage dans la vie du patient.
    Contrairement à ce que l’on croyait lorsque les greffes de visage ont débuté (Maurice est le 41e cas.  1er cas au Canada), l’adaptation à un nouveau visage se fait relativement bien.  Pourquoi ?  Parce que la personnalité perce le visage.  Autrement dit, peu importe la face que l’on a, nous pouvons y reconnaître notre personnalité et c’est ce qui serait le plus important.

    La chirurgie de Maurice lui a permis de se libérer de ses souffrances physiques au visage, ce qui est extraordinaire en soi.  Pour ajouter à cette grâce, il s’est autorisé à sortir de l’isolement dans lequel il était plongé depuis 7 ans, étant redevenu acceptable aux yeux de la société.

    Le cas de Maurice est un cas extrême et celui-ci mérite toute notre admiration.  Son histoire peut aussi être vue comme une invitation à nous faire réfléchir sur le regard que l’on porte vis-à-vis de l’apparence physique des autres, et également sur notre propre apparence.

    Si la personnalité prédomine le visage, est-ce à dire que nos yeux font défaut s’ils focusent sur l’enveloppe corporelle, au détriment de l’essentiel : ce que la personne a à offrir, intérieurement ?

    Si oui, peut-être est-ce nous qui avons besoin d’une greffe… 

    Une greffe de yeux ayant la capacité de focuser très rapidement sur ce qui compte vraiment, en laissant en arrière-plan l’apparence physique.  Le journaliste de l’émission Découverte de ICI Radio-Canada qui a couvert l’histoire, écrit ceci au sujet de Maurice :  « Après trois jours de tournage, sa personnalité est si forte que nous oublions qu’il est défiguré ».

    J’imagine quel serait le monde si ce regard prédominait dans la société.   Si l’apparence physique n’était qu’accessoire finalement.  Si on s’attardait à valoriser l’intérieur des gens et non pas leurs attributs physiques ou leurs possessions matérielles ou leur statut.    Pas certaine que les icônes que nous voyons circuler sur les médias sociaux garderaient leur position…


    ‘‘On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.’’
    Antoine de Saint-Exupéry


    Claudette Bigras, coach certifiée Neuro-Activ Coaching


Nos partenaires